dictionnaire fr-cn site
Le Club
(Plus de
50 000
inscrits!!!)
Articles précédents sur le même thème
  • La charité au menu du dîner chinois de MM. Gates et Buffett (29 septembre 2010 - afp google)
  • Publication d'un livre blanc sur les droits de l'Homme (26 septembre 2010 - Xinhua)
  • Sécurité renforcée au Xinjiang avant le premier anniversaire des émeutes (18 juin 2010 - Yahoo actualités)
  • 24 esclaves libérés par la police (31 mai 2010 - Le Figaro)
  • Suicide interdit en Chine! (31 mai 2010 - Marianne 2)
  • La Chine, première source des contrefaçons en France (13 avril 2010 - L'Expansion)
  • Les Chinois privilégient les vacances en Chine (2 avril 2010 - Le Figaro)
  • Peut-on interdire aux gens de sortir en pyjama ? (3 mars 2010 - France 24)
  • "Je savais pour le boom économique, mais ce niveau-là, je ne m'y attendais pas". Boubakar Sidiki Dembélé est assis dans l'un des fauteuils en velours marron installés près de l'entrée de l'immense centre de conférence.

    Il se repose entre deux réunions sur l'un des points techniques et souvent obscurs -- pour les profanes -- évoqués lors de ces conférences sur le changement climatique.

    A l'extérieur, un petit train, type voiture de golf électrique, permet aux négociateurs, journalistes et ONG d'éviter de marcher sur 50 mètres.

    A l'intérieur, des espaces de discussion avec de larges sièges blancs, des écrans plats sur les murs, deux restaurants, et des escalators qui mènent à un premier étage où les salles de réunion sont tous aussi confortables et spacieuses.

    "Je suis arrivé ici un ou deux jours avant que les travaux ne soient totalement terminés. La veille, les meubles n'étaient pas encore mis. Mais le matin, tout était prêt...", dit-il, impressionné.

    Il s'agit de la première conférence de l'ONU sur le climat organisée par la Chine, premier émetteur de gaz à effet de serre et accusé en partie d'être responsable de l'échec de la grande réunion de Copenhague fin 2009, qui avait suscité tant d'attentes.

    "La Chine, en accueillant cette conférence, espère seulement qu'elle pourra offrir un service de haute qualité à ses participants", déclarait, à l'ouverture des travaux, Xie Zhenhua, le principal négociateur chinois sur le climat.

    La semaine d'avant, il avait insisté sur le fait que la Chine, en dépit de son considérable décollage économique, restait un "pays en développement", avec de grandes poches de pauvreté, et que donc, il lui était très difficile de faire plus d'efforts pour limiter ses émissions de CO2.

    Fin septembre, devant l'Assemblée générale de l'ONU, le Premier ministre chinois Wen Jiabao soulignait aussi que si la Chine représentait la deuxième puissance économique du monde en terme de PIB, elle recensait "150 millions de personnes vivant sous le seuil de pauvreté".

    Alors, Pékin a-t-il fait une erreur en matière d'image? "Organiser cette conférence dans l'une des parties les plus riches du pays, c'est à se demander si la Chine ne se tire pas une balle dans le pied!", s'amuse un jeune conseiller européen en politiques environnementales, qui reconnaît néanmoins qu'il aurait été difficile d'organiser la réunion en pleine campagne...

    Et un haut négociateur occidental de renchérir: "tout le monde est impressionné! Je n'ai entendu ici que des gens qui disaient +Ils n'ont besoin de rien!+".

    D'autant que la ville de Tianjin, la sixième du pays, est fière de son développement et le fait savoir. Un stand, en plein milieu du centre de conférence, passe en boucle un petit film qui met en avant toute sa modernité, avec des plans aériens sur ses immeubles derniers cri.

    Ville olympique, elle est désormais reliée à Pékin, distante de 120 km, par des trains qui peuvent atteindre 350 km/h. Un trajet, qui se fait en une demi-heure, et qu'ont certainement emprunté une bonne partie des 3.000 personnes présentes à la conférence.

    Alors, la Chine, un pays en développement? "Je me le suis demandé, et d'autres se le sont demandé", dit le négociateur malien, dont le pays siège dans le groupe G77+Chine (130 pays en développement).

    "A ce rythme, on devrait les classer parmi les pays développés, vu l'état d'avancement", pense-t-il. "Ceci dit, je mets une réserve, je n'ai vu qu'un échantillon du territoire".
     
    Plan du Site

    Page served in 0.029s