dictionnaire fr-cn site
Le Club
(Plus de
50 000
inscrits!!!)
Près de 500 étudiants venus de Chine ont été inscrits depuis 2006 à l'institut supérieur de commerce de Lyon (ISDC), basé dans le 3e arrondissement. Sauf qu'ils ne sont jamais apparus dans la compatibilité de ce centre créé sous la forme juridique d'une association, dont dépend le cours Montesquieu, qui dispense des cours de la seconde aux classes préparatoires, hors contrat avec l'Education nationale.

Mieux, l'instruction judiciaire ouverte pour « aide au séjour irrégulier » estime que ces étudiants n'y mettaient quasiment jamais les pieds - avec un taux d'assiduité évalué à 15 % - le reste du temps en général employés dans la restauration asiatique.

En revanche, les euros s'ammassaient, à 1 300 euros l'inscription, et des années de master grimpant à 3 000 euros. Florence Yao, 51 ans, gérante d'agence de voyage, d'origine chinoise naturalisée française, jouait l'intermédiaire contre 210 à 250 euros par inscription. De 30 000 à 40 000 euros par an atterrissaient sur les comptes de l'association d'entraide qu'elle avait créée. Non sans prélever une part à des fins personnelles.

L'enquête s'est aussi intéressée à un proche, fonctionnaire au service des étrangers de la préfecture du Rhône, entendu sans qu'un rôle ne lui soit reproché dans cette filière présumée.

Quand au directeur de l'institut, Hervé Martin, 59 ans, déjà épinglé en 2007 pour travail dissimulé, il admet avoir bénéficié de 120 000 euros. Il accordait même des remises : dix étudiants inscrits, le onzième gratuit !

Malgré « une scolarité évanescente » selon l'expression d'un haut magistrat, les étudiants se voyaient remettre un certificat de scolarité en fin d'année. Ce qui favorisait l'obtention d'un titre de séjour.

Mais attention, une rude bataille pénale est engagée. « Parler de bande organisée donne l'impression de gonfler un ballon qui va finir par exploser, rien n'est démontré » dit Me Samir Bellasri. « Il a agi par intérêt mais jamais dans l'intention de favoriser l'aide aux clandestins » ajoute son confrère Christophe Neyret. Les deux avocats ont déposé hier une demande de remise en liberté pour Florence Yao et Hervé Martin, en détention préventive depuis le 8 mai. La chambre de l'instruction rend sa décision aujourd'hui. Les avocats insistent sur un point : un titre de séjour provisoire était acquis avant l'inscription, les étudiants n'étaient pas en « situation irrégulière ». Oui, mais la pseudo-scolarité permettait de le prolonger, observe l'accusation.

Autre problème : comment étaient accordés leurs visas dans des conditions aussi incertaines ? Le juge d'instruction pourra essayer de s'inviter dans les ambassades pour poser la question.
 
Plan du Site

Page served in 0.015s