dictionnaire fr-cn site
Le Club
(Plus de
50 000
inscrits!!!)
jiǔ
biàn
 
xuǎn
duàn
 
huáng
tiān
píng
fēn
shí
 
qiè
bēi
lǐn
qiū
 
 
 
bái
xià
bǎi
cǎo
 
yǎn
qiū
 
 
 
bái
zhī
zhāo
zhāo
 
cháng
zhī
yōu
yōu
 
 
 
fāng
ǎi
zhī
fāng
zhuàng
 
wěi
yuē
ér
bēi
chóu
 
 
 
qiū
xiān
jiè
bái
xī   
dōng
yòu
shēn
zhī
yán
shuāng
 
shōu
huī
tái
zhī
mèng
xià
 
rán
kǎn
chì
ér
chén
cáng
 
 
 
ér
 
zhī
fán
ér
jiāo
héng
 
 
 
yán
yín
ér
jiāng
 
fǎng
ér
wěi
huáng
 
 
 
xiāo
xiāo
shēn
zhī
āi
 
xíng
xiāo
shuò
ér
shāng
 
 
wéi
fēn
róu
ér
jiāng
luò
xī  
hèn
shī
shí
ér
dāng
 
lǎn
fēi
pèi
ér
xià
jiē
 
liáo
xiāo
yáo
xiāng
yáng
 
 
 
suì
ér
qiú
jìn
 
kǒng
shòu
zhī
jiāng
 
 
 
dào
shēng
zhī
shí
  
féng
shì
zhī
kuāng
rǎng
 
 
 
dàn
róng
ér
 
shuài
míng
táng
 
 
 
xīn
chù
ér
zhèn
dàng
 
suǒ
yōu
zhī
duō
fāng
 
áng
míng
yuè
ér
tài
 
liè
xīng
ér
míng
 
 
La mélancolie de l'automne (Fragments)


Quatre saisons règnent au monde, oh!
D'automne je suis affligé.
Le givre les herbes fécondes, oh!
Les arbres sont tout défeuillés.

La clarté du soleil a fui, oh!
Le parfum des fleurs est fini.
On entre dans la longue nuit, oh!
Et bientôt tout sera flétri.

L'automne vient avec son givre, oh!
Et l'hivers avec ses gelées.
En vain de l'été on est ivre, oh!
Sa splendeur est toute enterrée.

On voit pourrir les feuilles mortes, oh!
Les branches dans le désarroi.
Leur couleur nulle joie n'apporte, oh!
Les troncs jaunissent dans le froid.

Quelle tristesse des squelettes, oh!
Qui grelottent au coup de vent!
Tout décline qui est au faîte, oh!
On ne retrouve plus son temps.

Je lâche les rênes en main, oh!
Je flâne sans plus m'en soucier.
L'année approche de sa fin, oh!
Je crains que mes jours soient comptés.

Que je me plains de mon temps fade, oh!
Et de la confusion automnale.
Je m'appuie sur la balustrade, oh!
Un grillon chante à l'ouest de la salle.

Mon cœur tremble; que vais-je dire?
Pourquoi ai-je tant de tristesse?
Je regarde la lune et soupire;
Je marche jusqu'au jour, sans cesse.


Traduction de Xu Yuan Zhong
 
Plan du Site

Page served in 0.03s