dictionnaire fr-cn site
Le Club
(Plus de
50 000
inscrits!!!)
Enfants tujia

Ils habitent principalement dans la préfecture autonome tujia-miao de Xiangxi, la préfecture autonome tujia-miao d’Exi et dans certains districts du sud-est du Hunan et de l’ouest du Hubei. Dans ces régions, le climat est doux, mais pluvieux, et la terre est boisée. Les rivières Youshui, Fengshui et Qingjiang y confluent, et sur les versants montagneux et dans les vallées verdoyantes, on cultive le riz, le maïs, le blé et les pommes de terre. Les autres cultures incluent la betterave, le coton, la ramie et le thé. On y trouve beaucoup de pins, de cyprès et de nanmu. La région est également riche en herbes médicinales, en minéraux, en produits aquatiques et en salamandres géantes.

Quelque 30 000 personnes qui habitent dans les régions reculées parlent le tujia, une langue qui ressemble à celle que parlent les Yi et qui appartient au système des langues sino-tibétaines. La grande majorité des Tujia parlent cependant la langue des Han et des Miao.

Histoire

Il y a de nombreuses versions conflictuelles sur l’origine des Tujia. Certains disent qu’ils sont les descendants des anciens Ba; d’autres, qu’ils viennent des Wuman qui sont venus dans l’ouest du Hunan à partir du Guizhou; d’autres encore déclarent être venus de la province du Jiangxi, à la fin de la dynastie des Tang (618-907). Quoi qu’il en soit, les Tujia formaient un groupe ethnique distinct dans l’ouest du Hunan dès la période des Cinq Dynasties, vers l’an 910. Après de premiers contacts avec les Han, ils développèrent la fonte du métal et l’artisanat.

Au début du XIIe siècle, des paysans han se sont déplacés vers l’ouest du Hunan, apportant avec eux les outils modernes et leur compétence en culture. Dans l’ouest du Hubei, les seigneurs féodaux vendirent certaines de leurs terres aux Han et aux gens d’affaires et certains d’entre eux devinrent des seigneurs. C’est ainsi que les Tujia furent exploités par leurs propres chefs, par les seigneurs féodaux et par les seigneurs han.

Durant la dynastie des Ming (1368-1644), les soldats tujia furent envoyés dans les provinces côtières, tout comme les Han, les Zhuang, les Miao, les Yao, les Mulam et les Hui, pour combattre les pirates japonais qui pillaient la région.

Au XXe siècle, les mouvements paysans prirent de l’essor sous la direction du Parti communiste. En 1928, He Long, un organisateur communiste, dirigea une rébellion armée dans l’ouest du Hunan et du Hubei, et les Tujia firent la guérilla. Vers la fin de 1934, les forces de He Long joignirent les rangs de l’Armée rouge centrale durant la Longue Marche. Beaucoup de jeunes Tujia joignirent la Longue Marche lorsqu’elle passa dans leur région en 1935. En 1938, les Tujia se rendirent au front antijaponais à Yanan. Durant la guerre de Libération, les Tujia aidèrent à renverser le Guomindang.

Bien qu’ils eussent formé un groupe ethnique distinct depuis longtemps, les Tujia n’ont été reconnus officiellement qu’en 1956. L’année suivante, la préfecture tujia-miao de Xiangxi a été fondée. Les districts autonomes de Laifeng et de Hefeng du Hubei le furent en 1980.

Aujourd’hui, les Tujia sont scolarisés et disposent d’installations de santé. Les entreprises des Tujia touchent surtout la métallurgie, la machinerie, le charbon, les textiles, les plastiques, la papeterie, les matériaux de construction, la construction de bateaux et la fabrication de l’alcool. L’ouverture du chemin de fer Hunan-Guizhou a finalement ouvert au reste de la Chine la région montagneuse où habitent les Tujia.

Us et coutumes
  • Femme tujia
    Habillement. Traditionnellement, les femmes tujia portaient des vestons garnis de dentelle et ayant des manches courtes amples. Elles portaient des jupes longues et enveloppaient leur chevelure dans un tissu. Elles aimaient porter des colliers, des boucles d’oreilles, des bracelets autour des poignets et des chevilles. Les hommes portaient un veston court avec plusieurs boutons sur le devant. Le xi et le tong, deux types de tissus traditionnels tissés à la main et ornés de motifs compliqués, étaient les matériaux principaux servant à confectionner l’habillement.
  • Habitation. Dans l’ancienne société, les chefs et les officiels tujia vivaient dans des maisons en bois avec des toits en tuiles et des colonnes sculptées, alors que les gens ordinaires vivaient dans des chaumières en bambou.
  • Mariage. Autrefois, les jeunes Tujia pouvaient choisir leur partenaire relativement librement, et ils se faisaient la cour en chantant et en dansant. Seule l’approbation d’un chamane était nécessaire. Au fil du développement de l’économie féodale, le mariage est devenu davantage une question économique. Les parents calculaient la valeur de leurs enfants comme partenaires et le choix était influencé par la richesse.
  • Funérailles. Durant l’époque féodale, la crémation des morts était une coutume de base des Tujia. Durant les funérailles, un moine taoïste ouvrait la procession alors qu’un chamane psalmodiait. L’inhumation fut adoptée plus tard.
  • Tabous. Les Tujia ont des tabous bien distinctifs. Les jeunes femmes ou les femmes enceintes n’ont pas le droit de s’asseoir sur le seuil de la porte, alors que les hommes ne peuvent pas entrer dans une maison en portant un manteau en paille ou en portant des seaux vides. Les gens ne peuvent pas non plus s’approcher du feu communal ou dire ouvertement des choses de mauvais augure lors des jours de bon augure. Les jeunes femmes n’ont pas le droit de s’asseoir à côté des visiteurs mâles, alors que les fillettes le peuvent. Lors des cérémonies de prière, les chats sont gardés en retrait, car leur miaulement est considéré comme un signe de mauvais augure.
  • Religion. Les croyances religieuses des Tujia ne sont pas aussi fortes qu’autrefois, mais elles comprennent le taoïsme, le culte des ancêtres et le chamanisme. Auparavant, on priait avant d’aller à la chasse, et lorsqu’une personne décédait, on invitait les chamanes à expulser les démons et les fantômes de la maison.
  • Culture. Les Tujia sont renommés pour une danse qui comprend plus de 70 gestes symbolisant la guerre, la chasse, la culture et la célébration d’un banquet. Cette danse est populaire à la fête du Printemps. Les histoires tujia, qui sont fort imaginatives, racontent d’une manière dramatique et poétique les origines de l’humanité, les migrations et les aspirations des Tujia. Les chants folkloriques touchent habituellement l’amour et le travail, les batailles et les peines. La plupart des Tujia savent composer et chanter.
  • Métier à tisser.
    La broderie et le tissage des Tujia sont particulièrement renommés, et leurs couettes à motifs sont magnifiques. Leur tissu en jute est connu pour sa durabilité.
http://www.chinatoday.com.cn/lachine/f2k2/f20n10/28n.htm
 
Plan du Site

Page served in 0.005s