dictionnaire fr-cn site
Le Club
(Plus de
50 000
inscrits!!!)

Peu d'entre eux savent parler le tibétain. N'ayant pas d'écriture, les Lhoba avaient l'habitude de conserver les registres en faisant des nœuds ou des entailles dans le bois.

Organisation socio-économique d'autrefois

Les Lhoba, dont la plupart sont des paysans, sont habiles à faire des objets en bambou et autres types d'artisanat. Autrefois, ils troquaient ces objets, des peaux d'animaux, du musc, des pattes d'ours et des captures contre des outils de ferme, du sel, de la laine, des vêtements, des céréales et du thé auprès des marchands tibétains. Leur pèlerinage au monastère était l'occasion idéale de faire du troc.

La chasse est une activité que les Lhoba considèrent comme essentielle. Les jeunes garçons commencent très tôt à participer à la chasse avec les adultes. Une fois adultes, ils traquent les animaux au cœur des forêts, soit seuls ou en groupes. Autrefois, ils distribuaient certaines de leurs captures parmi les villageois et en troquaient une autre partie.

Au sein de la société lhoba, il y avait autrefois deux classes : les maide et les nieba. Les premiers se voyaient comme des nobles et considéraient les nieba comme des gens inférieurs qui étaient à leur service. Les descendants des nieba ne pouvaient jamais espérer devenir des maide, même si un jour ils devenaient riches et propriétaires d'esclaves. Ils ne pouvaient que devenir des wubu, un groupe de personnes dont le statut était légèrement supérieur que les nieba. Les jeunes gens et jeunes filles de groupes différents ne pouvaient se marier. Le statut des femmes, que ce soit au sein de la famille ou de la société, était particulièrement bas, et elles n'avaient pas le droit d'hériter.

Us et coutumes
  • Habillement. Les coutumes et l'habillement des différents clans varient. À Lhoyu, les hommes portent des vestes en laine de mouton, sans manche, sans bouton et qui descendent au genou. Ils portent un chapeau qui ressemble à un casque, fabriqué, soit en peau d'ours ou tressé avec des lanières de bambou ou de rotin entrelacées avec de la peau d'ours. Ils marchent pieds nus, portent des boucles d'oreilles en bambou, des colliers et transportent un carquois et des flèches ou laissent pendre une épée sur le côté. Les femmes portent une blouse à manches étroites et une jupe en laine de mouton. Elles marchent également pieds nus. En plus de leurs boucles d'oreilles, de leurs colliers et de leurs bracelets en argent, les femmes portent à la taille une grande variété d'ornements tels que coquillages, pièces de monnaie, chaînes en fer et cloches. Les ornements lourds sont considérés comme un signe de richesse.
  • Alimentation. L'alimentation varie également selon les endroits. La nourriture de base est des boulettes de farine de millet ou de maïs, de riz ou de sarrasin. Près des communautés tibétaines, on mange également de la tsampa, des pommes de terre et des plats épicés. On boit aussi du thé au beurre. Les Lhoba aiment aussi boire de l'alcool et fumer, et ils profitent des occasions comme les récoltes pour chanter et danser. Autrefois, beaucoup de Lhoba ont souffert de goitre, en raison du manque de sel.

A voir également :

http://www.chinatoday.com.cn/lachine/2005/5fn2/p41ff.htm
 
Plan du Site

Page served in 0.018s